AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 


avatar
the tyranic admin

pseudo : mee
bitchtalk : 82
crazy since : 21/07/2013
nm;points : 8365
i'm a super(zero) :
0 / 1000 / 100

physically, i am : 23
i come from : séoul.
and my heart is : pretty damn cold if you need my advice so back off.
i feel like : breaking rules, bitches.

MessageSujet: let's call it irony;   Lun 20 Jan - 18:08

« Bien sûr que non, t’es pas un fou. » son regard se fit dur envers son reflet. Il n’était pas fou, c’était ce que tout le monde disait. Pourtant, il tournait en rond depuis quelques minutes et cette maison l’étouffait. Et la seule chose à laquelle il pensait, tandis que ses doigts s’agrippaient si forts à l’évier que ses jointures en devenaient bleues, c’était bien qu’il n’était rien de plus que ça : un sacré taré. Personne ne pouvait penser à une maison de ce genre-là. C’était dans sa tête. Ou dans ses rêves. Mais les portes ne menaient nulle part et les fenêtres recouvraient des murs de briques, les plafonds camouflaient des portes et les planchers lui donnaient l’impression de marcher à l’envers. C’était une représentation de sa tête ça, non ? Le premier jet d’eau, glacial, eut au moins l’effet d’une bonne claque. Il secoua la tête, passant une main humide au travers de ses cheveux, puis se redressa et coupa finalement l’eau. Il allait probablement se réveiller bientôt, et réaliser que tout ça n’était qu’une connerie de son imagination encore une fois. Ou comprendre très bientôt qu’il se tapait encore une crise d’angoisse. « touché mon pote. » un long soupir traversa ses lèvres et il se remit en marche. Parler aux miroirs ne le mènerait tout simplement à rien, et il avait besoin de bouger. Se défouler, peut-être. Oui, se défouler. Paradoxalement, il n’y avait rien qui le calmait plus que ça. Tout casser. Son pied se butta dans la première chose qu’il trouva ; une statuette de grande taille, posée à même le sol, qui se fracassa au mur et éclata en un millions de petites pièces. Le vacarme fit couler le sang au travers de ses veines, son cœur s’activa et ses poumons semblèrent se remplir d’oxygène à nouveau. Il détestait tout ce que cette maison contenait, de toute façon. Son chemin se poursuivit et au passage, il se gâta ; renversa une bibliothèque par terre, balança un bouquin sur le luminaire (qui ne bougea cependant pas d’un centimètre), mais le coup fatal n’eut rien à voir avec tout ce carnage.

« aish... c'est quoi cette foutaise encore. » marmonna-t-il lorqu’une partie du mur sembla céder sous un coup particulièrement violent. Il fut perplexe au premier abord, mais ça ne dura pas longtemps ; il s’y aventura tout de même, observa à l’intérieur, et trouva un couloir qui n’avait vraiment rien de lugubre – au contraire, il était parfaitement normal. Enfin, aussi normal que le reste de la maison, disons. Une lumière au bout du couloir attira son attention et il s’avança, d’un pas rapide, presque offusqué. « hé. » lança-t-il, à voix haute, poings serrés et sourcils froncés. C’était encore son imagination qui lui jouait des tours ? « qui est là ? c’est quoi ce bordel ? » il arriva au niveau de la pièce – qui se révéla être une autre salle de bain – et sursauta lorsque ses yeux croisèrent le reflet d’une autre personne. Pris de surprise, il se plongea dans un long silence, le fixant bêtement. « t’es qui toi ? » demanda-t-il finalement, l’air suspicieux.

_________________

there's a storm comin the weather man didn't predict. you can die in the blink of an eye so bat your eyelashes & keep blowin kisses cause you're flirting with death & the target's you. i shut your lane down. took ya spot. parked in it too. go get your crew to hype you up, what can ya do now?  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nemesis.bbactif.com


avatar
crew members

pseudo : dixe.
bitchtalk : 14
crazy since : 18/01/2014
nm;points : 7156
i'm a super(zero) :
0 / 1000 / 100

physically, i am : 25
i come from : seoul.
and my heart is : free.
i feel like : everything i do is wrong.

MessageSujet: Re: let's call it irony;   Lun 20 Jan - 19:32

Deux semaines. Il a eu deux semaines pour s'y faire et pourtant c'est encore à tâtons qu'il avance entre ces murs. Arrivé bien avant les autres, il a migré il y a plusieurs jours dans cette mai- dans ce labyrinthe, histoire de s'y faire, d'appréhender le terrain pour être efficace dans son travail dès le départ. On l'a prévenu : retrouver son chemin ne sera pas facile, mais au bout de quelques temps, il finira par s'y habituer. Mon cul. Pourtant ce n'est pas faute d'essayer, les dizaines de feuilles blanches couverts de plans inachevés éparpillés sur le sol de sa chambre en témoignent. Il a bien repéré le chemin pour aller de la porte à sa chambre, mais pour le reste, c'est à pile ou face qu'il décide. Ses colocataires ? Il en a croisé un qui lui a semblé normal et lui a fait bonne impression, un potentiel "ami", mais ça c'était y'a trois jours et depuis, il l'a tout bonnement perdu de vue.

" Putain, enfin. " Après avoir tourné plus d'un quart d'heure à ouvrir toutes les portes sur son chemin, il a fini par trouver la salle de bain, pas celle de d'habitude mais ça fera l'affaire, il n'est pas en position de faire le difficile de toute façon. Une rapide douche et il ouvre la porte pour que la pièce s'aère, brossant pendant ce temps ses dents, ses yeux accrochés à l'image que lui renvoie le miroir. Puis un bruit sourd suivit d'une voix attire son attention, il se détache alors de son reflet pour passer la tête par l'ouverture de la porte, surpris d'entendre enfin un signe de vie mais c'est un vrai bulldog qui lui fonce dessus prêt à montrer les crocs.

Ce qu'il fait ici ? La question lui paraît tellement idiote qu'il reste plusieurs minutes à fixer l'étranger, interdit avant de se décider à répondre. " Ch'abite là." Oui, avec la brosse à dents dans la bouche, sa diction en prend forcément un coup. Il va cracher le dentifrice dans le lavabo avant de se rincer et fait de nouveau face au garçon, tentant un sourire, bien qu'il ne peut pas faire autrement que de se sentir agressé. " Ahn Snow. Enfin, je m'appelle Ahn Snow. " Waw, bancal comme présentation. Son regard n'ose pas croiser celui de son colocataire, bien trop sur la défensive. " Hm. Tu. " Se penchant un peu sur le côté , il observe le bout de mur que tu as littéralement défoncé ... Pas rassurant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
the tyranic admin

pseudo : mee
bitchtalk : 82
crazy since : 21/07/2013
nm;points : 8365
i'm a super(zero) :
0 / 1000 / 100

physically, i am : 23
i come from : séoul.
and my heart is : pretty damn cold if you need my advice so back off.
i feel like : breaking rules, bitches.

MessageSujet: Re: let's call it irony;   Lun 20 Jan - 22:23

« Snow. » répéta-t-il, plissant les yeux. Donc c’était un de ses colocataires. Enfin, il imaginait qu’il y en avait plusieurs… mais jusque-là, il semblait avoir oublié l’existence de ces derniers. Il se pensait seul, voilà tout. Ça devait faire partie de son délire, ça aussi. Et pour peu dire, son sourire le rendit mal à l’aise au point qu’il se sentit obligé de détourner le regard. Il ne tenta pas un sourire en retour ; mais plutôt, il poussa un soupir et passa une main sur son visage, comme exaspéré de la situation, et si son corps sembla se décontracter juste un instant, ça ne dura pas. Ses poings se serrèrent à nouveau.

« aish ! » même si ça ne paraissait pas ; il était plus calme. Juste un peu tendu de cette soudaine rencontre, et frustré de son attitude par la même occasion, mais ce n’était pas nouveau tout ça. Du moins pas pour lui. « et moi c’est jisung. » expliqua-t-il simplement, oubliant toute forme de politesse puisque le reste ne lui semblait que peu pertinent. Il s’avança dans la salle de bain et l’observa – comme s’il s’attendait à voir une porte menant vers l’extérieur apparaître magiquement. Ben, ça ne paraissait pas si impossible que ça, au fond, avec cette baraque. Puis voyant que sa tentative de trouver une sortie ici était déjà perdue d’avance, il fit volte-face pour le regarder à nouveau, et suivre son regard. Ah oui, il venait de défoncer un mur. Par inadvertance, qu’à cela ne tienne. Mais il n’en restait pas moins qu’il venait de détruire quelque chose qui n’était pas qu’à lui ; une chose à laquelle il n’avait pas tellement pensé lorsque son pied s’était buté sur la statuette en premier lieu. Mieux valait ne pas lui en parler, peut-être. ‘bonjour, j’ai foutu la pagaille tout au long du couloir là-bas. J’espère que ça ne te dérange pas.’ Il se râcla la gorge afin d’éclaircir sa voix et baissa le ton, moins agressif cette fois.

« je… on déplacera un meuble devant si ça te dérange. » grommela-t-il, un peu embarrassé maintenant qu’il réalisait qu’il n’était pas seul – et que, peut-être, d’autres gens avaient-ils entendu ce carnage. Après avoir glissé ses mains dans ses poches, il l’observa de la tête aux pieds. Il avait meilleure allure que lui, ça, ça ne faisait aucun doute. « puisque tu me sembles si décontracté, j’imagine que tu as les plans de cette pénible maison ? ça fait un bon cinq heures que je suis pris ici. et avec tout ça ? j’ai même pas trouvé ma chambre. »

_________________

there's a storm comin the weather man didn't predict. you can die in the blink of an eye so bat your eyelashes & keep blowin kisses cause you're flirting with death & the target's you. i shut your lane down. took ya spot. parked in it too. go get your crew to hype you up, what can ya do now?  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nemesis.bbactif.com


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: let's call it irony;   

Revenir en haut Aller en bas
 

let's call it irony;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
nemesistv.com ::   :: timur :: residential area :: labyrinth dwelling-